• Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Arnaud

Arnaud

Arnaud n'a pas encore mis à jour sa biographie

Excellent Edito du jour de Charles Sannat dont je reprends quelques éléments ici.

 

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Je sais, il est plus facile de cracher sur les « riches » et les « propriétaires » et plaindre les gentils pauvres.

...

Beaucoup d’entres-vous ont du entendre cette dame expliquer que « quand on gagne le SMIC on ne divorce pas »… Tollé général à juste titre !

Pourtant, effectivement dans les faits, mes amis, il y a dans ces propos humiliants pourtant une chose de vraie (et une seule) c’est que le manque, la pauvreté, la misère sont des aliénations parce qu’effectivement certaines femmes supportent des humiliations, qu’elles refusent pourtant, parce qu’elles n’ont effectivement pas toujours les moyens de leur indépendance.

La main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit disait Napoléon.

Je peux rajouter que c’est également vrai pour la main qui frappe. Pour la main qui cogne.

Refuser l’insupportable nécessite d’avoir les moyens de son indépendance. C’est valable pour les Etats comme pour les individus.

Cela passe par le fait d’avoir de l’argent ! Avoir des économies, des réserves. Peu importe comment vous appelez cela, mais c’est indispensable. Vous ne pouvez pas exercer de liberté sans avoir les moyens de le faire.

Une offensive sans précédant contre la propriété privée.

Ces derniers temps, la propriété privée est attaquée de toute part. Le propriété privée est le fondement même d’ailleurs du capitalisme qui dans sa définition la plus réduite n’est rien d’autre que le respect de la propriété privée des biens et des moyens de production.

Pensez mes amis, c’est jûûûûste d’attaquer les méchants propriétaires qui sont forcément riches…

Et là, vous avez tous les « moins riches », les « plus pauvres » et les grands envieux qui se précipitent en courant vers leur propre aliénation.

Comme jamais, on veut remplacer la « propriété » par « l’usage », et c’est là que vous devez embrayer avec le discours crétin et bobo à souhait, qui consiste à dire « ouais, on n’est pas né pour être propriétaire de planète ».

Maintenant cessons de parler de la propriété et parlons d’un monde sans propriété…

Imaginez mes amis ce qu’implique un monde sans propriété.

Pour les idiots utiles naïfs qui pensent qu’un monde sans propriétaire signifie qu’ils pourront tout avoir gratos, je suis navré de briser leur rêves, mais ce n’est pas tout à fait comme cela que ceux qui veulent imposer l’usage, à la place de la propriété, raisonnent.

Non, la réalité est nettement plus malsaine et beaucoup plus dangereuse que cela.

En vous interdisant de devenir propriétaire de votre voiture, de votre maison, ou même de votre téléphone, on vous remplace l’achat et la propriété par l’usage. Et l’usage n’est pas gratuit. L’usage est facturé par des entreprises qui, elles, sont bien « propriétaires ». L’usage est facturé sous la forme de loyers ou d’abonnements mensuels.

Dans un monde où l’usage remplace la propriété, vous êtes réduit à payer sans fin.

Chaque mois.

Chaque chose que vous utilisez vous est facturé.

Vous ne pouvez plus payer ? Pas grave, vous n’avez plus rien. Vous n’êtes propriétaire de rien.

La question à se poser est la suivante.

Une société de l’usage est-elle plus juste et morale qu’une société de la possession ?

Est-il plus juste de « louer » sa voiture tous les mois ou de pouvoir l’acheter et la posséder ?

Qu’est-ce que cette différence implique ?

Quel est l’utilité de l’accumulation du capital dans l’affranchissement des gens ?

Comment faire pour se « libérer » du totalitarisme marchand ?

La solution est simple.

Il faut « mettre de côté », se créer du patrimoine pour pouvoir un jour devenir libre.

La réalité c’est que l’argent libère les gens !

Je ne vous parle pas de Warren Buffet et des quelques milliardaires. Je vous parle de vous, je vous parle de moi, de ma voisine ou de mon voisin. Je vous parle de mon voisin que l’on appelera Jean, retraité, avec une petite pension, propriétaire de sa petite maison ouvrière en brique dont il a terminé de payer le crédit il y a quelques années. Il ne peut vivre avec sa pension (petite) dignement, que parce qu’il est propriétaire et ne paye pas de loyer pour l’usage de sa maison.

Jean, n’est pas totalement aliéné. L’argent libère en partie Jean.

Mais l’argent libère aussi Françoise, femme au foyer qui n’a que peut travaillé pour élever ses enfants. Heureusement, ayant hérité d’un petit immeuble, elle perçoit 2 000 euros de loyers chaque mois. Une fois les taxes et les travaux déduits, il ne reste que moins de 1 000 euros par mois, mais là aussi, la propriété privée, et l’argent, lui permette une émancipation.

La réalité c’est que l’argent et la propriété libèrent et vous permettent d’être « indépendant » et donc libre !

L’enjeu d’une société sans propriété est donc bien plus vaste qu’une simple question de justice sociale qui est uniquement utilisée pour manipuler les masses populaires en leur faisant croire que c’est pour leur bien que l’on va supprimer la propriété.

Le lien vers l'article dans sa totalité.

...

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Lectures : 5
0

Posté par le dans Philosophie

Derrière ces deux mots, une philosophie de vie.
Souviens-toi que tu vas mourir en latin. Un peu pessimiste me diriez-vous ? Et pourtant, quand on sait qu'on n'est là que pour un temps: on pense à deux choses: en profiter à fond et transmettre.


Transmettre

Que restera-t-il de nous après notre passage ? Un souvenir dans les esprits de vos descendants directs et indirects et puis après ?
On dit qu'une personne n'est jamais vraiment partie tant qu'il y a quelqu'un pour y penser encore.

Nous pouvons donc écrire un livre ou un écrit et le faire imprimer sous forme de livre qui restera dans votre famille. Nous pouvons aussi le publier sur Internet.

Inutile donc d'être dans les mémoires de tous et de viser la portée d'un De Gaulle ou d'une Mère Théresa. Des auteurs, célèbres ou pas, ont laissé des écrits qui perduront après leur mort.
Allons plus loin: certains des livres que vous avez lus ont laissé une trace importante en vous et pourtant vous ne vous rappelez pas du nom de l'auteur. Ce qui compte, c'est le message plus que celui qui l'a écrit et c'est bien là que "Transmettre" devient important.

Pour la transmission de connaissance, inutile de tout reprendre à zéro: les livres sont donc l'idéal pour remplir cette fonction. Et à l'ère du numérique, il y a quantité d'informations que vous pouvez trouver sur énormément de blogs (dont bien sûr https://www.resilians.org ! :-) ).
Chacun d'entre-nous a en effet une passion et il est maintenant possible d'exposer notre maîtrise du sujet ou notre progression sur son chemin.

En transmettant vos connaissances, vos essais et erreurs, vous aidez les autres sur deux aspects:

  • D'abord vous leur montrez qu'ils ne sont pas seuls à s'intéresser à certains sujets.
  • Ensuite, vous leur permettez de progresser en exposant votre propre cheminement.

Pour ma part, il s'agit donc de la résilience et derrière elle un mindset qui fait la différence: celui d'accepter que vous êtres responsables de votre vie et que vos malheur/bonheur ne dépend pas des autres ou des circonstances extérieures.

 

En profiter

Là, c'est à chacun de faire son expérience !

A la base, la philosophie que je suit est celle des stoïciens: être capable de distinguer ce qui peut être changé de ce qui ne peut pas l'être. Se détacher alors de ce qu'on ne peut pas changer et se concentrer à fond sur ce sur quoi on peut agir. Le plus dur souvent est de distinguer les deux types de choses.

Maintenant ma vision est la suivante: ce n'est pas en subissant le métro-boulot-dodo que l'on va en profiter à fond: on gagne tout juste de quoi payer ce qu'on dépense. Et avec les taux d'intérêts qui deviennent négatif, il va falloir changer de stratégie pour garder son capital.
Comme le dit l'excellent Charles Sannat dans son article "Christine Lagarde déclare : on sera plus content d’avoir un emploi plutôt que d’avoir une épargne protégée !!". Autant dire qu'on est pas prêt de sortir de la Rat Race quotidienne ...
Pour être libre de faire de l'expérience de ses choix, la première chose à faire est de devenir libre financièrement: je suis persuadé que nous pouvons agir sur ce point et je me suis donc mis à étudier, depuis plusieurs années maintenant, l'investissement d'où la création d'un autre blog: https://www.grandir-avec-le-trading.com
dans le quel je m'intéresse surtout à la manière de dépasser ce qui fait échouer pas mal de gens (moi le premier): une mauvaise gestion de ses émotions par manque d'un plan de trading digne de ce nom.

Voilà, comment à travers 2 petits mots, en latin qui plus est, je donne à un sens à ce beau bazar ...

 

Et vous, qu'est-ce qui vous fait vibrer ? Vous êtes libre de le partager avec nous dans les commentaires plus bas ...

Lectures : 34
0

La pensée de la semaine

Le temps est votre bien le plus précieux sur Terre.
Ainsi, que craint l'homme ancien ? La mort.
Que craint le samouraï moderne ? De mal employer le temps précédant sa mort.

Patrice Franceschi

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 34
0

Posté par le dans Projet Ahora

Retour sur mon portefeuille long terme. Malgré le catastrophisme ambiant dans les médias, les prix font un nouveau plus haut historique: on est pas vraiment dans une situation de catastrophe nucléaire qui requiert de tout vendre à découvert ... Est-ce que cela va durer, on ne sait pas , en attendant, c'est haussier. En témoigne le CAC40 ...

20191030CAC

Au niveau de la répartition au sein de mon portefeuille, elle est toujours la suivante:

  • Pour les actions: 30% de ma répartition sur l'ensemble de mon capital PEA/CTO

     Un ETF World compatible avec le PEA (Synthétique donc) pour diminuer les frais: le CW8. Même comportement et conclusions que pour le CAC 40: tout ce petit monde a l'air d'être reparti à la hausse. Pour l'instant je n'ai aucun signal de revente ... donc je conserve mes positions comme je l'ai fait le mois dernier.

20191030CW8

 

  • Pour les obligations: 55% de ma répartition et uniquement sur le CTO car je n'ai rien de disponible pour le PEA.
  1. MTH: Obligations long terme: 3/4 de ma position obligataire: Le prix continue de stagner: une consolidation saine après une hausse sans discontinuer depuis le début de l'année. Au niveau mensuel, on est toujours au-dessus de la MM10 croissante: on peut donc encaisser un certain retracement. Je surveille quand même en hebdo la ligne rouge: si ça casse vers le bas, je revendrais la position que j'ai prise en juillet afin de ne pas devenir perdant dessus (question de principe :-) ).
     20191030MTH
  2. C73: Obligations à court moyen terme. 1/4 de ma position obligataire. Même situation que pour le MTH: je reste en position pour l'instant et surveille en hebdo pour ne pas être perdant sur ma dernière position prise en Juillet ...

    20191030C73 
    Pour les matières premières: 15% de ma répartition.

  1. Pour l'OR (7.5% de ma répartition): le GBS (uniquement disponible sur le CTO) est toujours au-dessus de la MM10 en monthly avec une MM10 verte (haussière): Le prix continue sa consolidation et m'a permis de faire quelques allers et retour en Daily en Swing Trading. Pour l'instant je conserve ma position. Aucune raison de revendre ...
    20191030GBS
  2. Pour le pétrole:

    Je surveille l'ETF LYXOR ST EU OILGAS éligible au PEA qui regroupe en fait les valeurs Energie de la zone Euro.
    Il n'y a toujours pas de signal pour revenir à l'achat sur la valeur. Il va falloir attendre encore un peu.
    20191030OIL

Pour résumer, l'analyse technique montre qu'on est toujours en tendance haussière mais que les acteurs s'inquiètent parce qu'on a atteint des sommets historiques.
Pour l'instant, il n'y a pas de signal de vente, donc on reste confiant et en position. Il faut suivre le plan et ne pas céder à ses émotions.
Pour l'instant bien malin celui capable de dire avec certitude ce qu'il va se passer dans les semaines et mois à venir. Le mieux à faire est de suivre au moins une fois par semaine tout cela afin de pouvoir réagir si besoin s'en faisait sentir.

Restez à l'écoute, je vous tiendrais au courant si quelque chose nécessitant une intervention se produisait ...
Lectures : 15
0

Posté par le dans Non catégorisé

S'il y a bien un piège dans lequel je suis tombé pendant des années, c'est penser qu'un outil faisait tout.

Pour ce qui me concerne, j'ai passé énormément de temps à passer d'un outil de gestion de tâches/projet informatique à un autre en changeant très souvent de méthode au passage.

 


Brasser de l'air


De la même façon que passer d'un livre de développement personnel à un autre, cette façon de faire va nous faire crâmer du gaz sans nous amener nulle part.

Pour arriver à atteindre son objectif, il faut commencer par exprimer son besoin.
Dans la gestion de projets, cette étape cruciale est souvent minimisée mais avec les techniques classiques de développement (cycle en V), si le cahier des charges n'est pas propre, le résultat ne le sera pas plus ...

Alors d'autres techniques existent, comme la méthode Agile: Cette dernière à pour but de commencer à développer un outil et de livrer de manière partielle des fonctionnalités sans attendre que l'ensemble soit construit.
Cela permet de rectifier le tir en cours de route et ainsi de coller au besoin du demandeur qui ajuste sa vision au fur et à mesure qu'il utilise les fonctionalités crées à la volée.


Au fond, quand on la regarde bien, cette méthode entretien le fait que l'être humain ne sait pas ce qu'il veut et qu'il vaut donc mieux s'adapter en cours de route.

 


Redéfinir notre destination


L'idée est séduisante mais on a vite fait de tourner en rond à chaque fois que l'on change de cap.

Si le problème de base est qu'on ne sait pas où on va, la méthode d'implémentation n'a pas trop d'intérêt: elle ne fait que masquer le problème et nous faire brasser de l'air en pensant qu'on se rapproche de son but tel un hamster courant comme un fou et dépensant de l'énergie sans pour autant avancer d'un poil ...

En fait pour déterminer son besoin, inutile de se creuser trop les méninges: on peut partir de ce qui ne va pas pour l'instant et ainsi déterminer, par contraste, ce que l'on veut en opposition à ce qui pose problème.

 


S'adapter  à l'outil ?

Pour autant certains décideurs pensent encore que c'est en s'adaptant à l'outil que l'on diminuera les frais. Pour l'avoir vécu, ce n'est pas le cas, car chaque entreprise à un besoin spécifique qui ne rentre dans aucune case.

Certains éditeurs l'ont bien compris et ont rendu leur outil complètement paramétrable (moyennant un coût de paramétrage, bien sûr): c'est le cas de SAP.


Au final, on ne fait que reconstruite une usine à gaz qui va nous coûter une fortune à chaque montée de version.

 

 

La vraie solution: construire l'outil dont on a besoin


Non, la solution est bien dans l'expression approfondie de ses besoins puis la création de l'outil idoine.


C'est ainsi qu'au bout de plusieurs années, j'ai fini par créer mon propre outil de gestion. Je l'ai créé il y a maintenant plus de 5 ans et je n'y touche plus, il me convient et fait le job.

Ce principe ne s'applique pas uniquement aux outils informatiques: il est extensible à tous les domaines de notre vie:

Si vous avez un problème de dos, ce n'est pas en achetant une voiture avec des sièges baquets que vous allez le résoudre ! Vous devez bien prendre en compte votre besoin et trouver la voiture adaptée (L'exemple n'est sans doute pas pertinent car il ne s'agit pas de construire sa propre voiture !).

De même, il est ridicule d'acheter une paire de chaussure parce qu'elles sont jolies si elles vous font mal aux pieds. Dans ce cas de figure, vous allez déterminer votre besoin: marcher longtemps, ne pas avoir mal au pied, le budget et ensuite chercher la paire qui vous convient.
Cela semble évident.

Et pourtant nous ne le faisons pas quand nous cherchons un outil informatique ou même à titre personnel, quand nous choisissons un emploi ou une façon de vivre.

Au delà même de parler de résilience, il faut redonner du sens à tout ceci et cela ne peut se faire qu'à partir de la prise en compte de ses propres besoins plutôt que de s'adapter à la volonté des autres.
C'est alors seulement avec ce mindset que nous serons à même de faire preuve de résilience, en toute indépendance des choix imposés ...

Lectures : 46
0

La pensée de la semaine

Tout le monde croit que le fruit est l'essentiel de l'arbre quand, en réalité, c'est la graine.

Friedrich NIETZSCHE

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 33
0

Posté par le dans Non catégorisé

Si comme je l'ai écris plus tôt, il faut avoir l'esprit comme l'eau et savoir être dévié d'un objectif pour mieux en saisir toute la dimension, il n'en demeure pas moins qu'il est impératif de ne pas perdre ce but.
Difficile de s'accrocher quand il y a tellement de distractions et de perturbations susceptibles d'happer notre concentration ...


Et là je ne parle que d'un seul objectif !

Or nous savons tous que dans notre vie de tous les jours, il y a plusieurs problématiques qui se présentent et doivent être traitées en même temps. C'est surtout vrai au travail !

Le truc c'est que nous ne sommes pas capable de traiter efficacement plusieurs sujets en même temps. L'esprit humain est fait qu'il ne peut être focus que sur une chose à la fois. En diluant son attention sur plusieurs sujets en même temps, on fait la même chose qu'un navire qui change de direction en permanence: on tourne plus ou moins en rond.
Le pire c'est qu'on s'épuise à le faire !

D'un autre côté il n'est pas question de faire les objectifs un par un: c'est à dire d'attendre qu'un objectif soit terminé pour en entamé un autre.

La meilleure solution est donc de consacrer un temps défini à un projet puis de passer à un autre.

Cette méthode, proche de la gestion de projet Agile, est décrite dans le livre "La technique Pomodoro" de Cirillo Francesco.

Concrètement il s'agit de découper un projet comme on le ferait d'une tomate et de se consacrer à manger une tranche à la fois (le plus souvent sous forme de "sprints" de 25 minutes) en faisant une pause entre chaque (le plus souvent 5 minutes).

Il ya ainsi 3 temps dans la mise en oeuvre de cette méthode: la phase d'organisation (de découpage de la tomate), la phase d'exécution (on mange la tranche en entier) puis la tache de repos (on fait une transition entre deux tâches).

Cette méthode permet d'avancer sur plusieurs sujets tous les jours tout en restant focus sur chacun d'entre eux et sans perdre de vue les objectifs finaux.
Une approche que je vous recommande même si personnellement j'aurais choisi un aliment plus glamour que la tomate :-) ...

 

pomodoro

 

Lectures : 47
0

La pensée de la semaine

On ne peut rien faire quand on essaye de tout faire.

Jen Sincero

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 43
0

Posté par le dans Philosophie

Les certitudes sont nos plus grandes ennemies. Le problème est que la plupart du temps nous construisons toute notre vie dessus.

C'est le cas de l'emploi et nous avons déjà vu dans un précédent article qu'il fallait rester en veille sur ce type de sujet afin d'être en position de rebondir facilement.

Mais il y a bien d'autres sujets que l'emploi, à commencer par le mindset: si nous estimons avoir des droits et que quoi il arrive, ils nous sont dûs, nous allons au delà de pas mal de déconvenues. De même si nous estimons que nous devons exercer quelque chose qui nous dessert parce que nous estimons que c'est notre devoir, nous risquons de sombrer dans un masochisme malsain.

Droits et devoirs


Le monde dans lequel nous vivions n'est plus un long fleuve tranquille où tout rentre dans une case déterminée. Le flou quantique est absolu et la responsabilité de chacun est diluée. L'usine Lubrizol brûle à Rouen mais c'est le gouvernement qui annonce indemniser les agriculteurs (et non l'usine elle-même !!!). Mais quand l'indemnisation arrivera-t-elle et ne sera-t-elle pas bloquée par Bruxelles ? Bien malin celui qui peut lire l'avenir !

88210026 s
Dans ces conditions, la meilleur démarche est sans doute de se dire que l'aide ne viendra que de soi. Et si cela veut dit que l'activité que nous menons n'est plus viable financièrement, alors c'est qu'il est temps de balayer ces certitudes et de tester autre chose.

Si vous êtes agriculteur, que vous vous demenez comme un diable pour ne  ramener que 1000 € par mois, pensez à changer de métier ! Même si c'est une misison et une passion pour vous, même si vous ne savez pas faire autre chose ...
Facile à dire, hein ? Notre monde est injuste, c'est comme cela et ce n'est pas en s'en plaignant que cela va changer: votre métier est vital pour autrui mais mal payé ? Alors rendez au monde la monnaie de sa pièce: exercez un métier ou une activité qui vous permette de vivre correctement et si vous aimez vraiment votre activité actuelle: exercez la comme un loisir.

Lubrizolfeu

Retour aux fondamentaux

Revoyez vos fondations et commencez par vous poser les deux questions vitales:

  • qu'est-ce qui compte vraiment pour moi ?
  • qu'elles sont les dépendances dont je dois me réappropier le contrôle pour protéger ce qui compte vraiment pour moi ?

Si ce qui compte pour vous c'est votre famille et que les éléments vitaux qui vous permettent de maintenir sa cohésion sont un revenu décent, il va vous falloir multiplier les sources de revenus et étudier les revenus passifs.
Si vous êtes responsable d'une entreprise et que ce qui compte pour vous ce sont les données informatiques associées, il peut être judicieux de ne pas tout mettre dans le Cloud et d'en conserver le contrôle, ne serait-ce que d'un point de vue sauvegarde.

Notre monde évolue vite, mais garder ses deux questions en tête avant d'agir va nous permettre de ne pas perdre de vue nos objectifs tout en conservant le contrôle sur ce qui est stratégique.
Autant d'éléments capitaux pour assurer notre résilience ...

 

Crédit Photo: Stocklib / Nicola Zalewski / nikkized
Lectures : 52
0

Posté par le dans Philosophie

Remarquez que l'arbre le plus robuste cède facilement tandis que le bambou ou le saule survie en pliant sous le vent.

Bruce Lee

Lectures : 23
0

Posté par le dans Philosophie

Il y a plusieurs manières d'atteindre un objectif: la plus évidente est de rester focus sur son objectif et de ne jamais en dévier.
cette méthode qu'on pourrait qualifer de "Pit-bull" consiste donc à ne jamais lâcher son objectif.
Toutefois quand on regarde dans la nature, cela se passe rarement comme cela.

Regardons en effet comment "fonctionne" une rivière: son objectif est de rejoindre la mer. Maintenant, est-ce qu'elle y va en ligne droite ? Pas vraiment !

Il arrive des moments où l'eau se trouve bloquée par un relief: dans ce cas, elle s'accumule et créée une poche de tension grandissante.
Deux issues sont alors possibles:

  • Soit l'eau explose son obstacle (c'est la méthode pit-bull): cela demande beaucoup d'énergie.
  • Soit l'eau fait un détour et contourne l'obstacle, le plus souvent en épousant sa forme. Dans cette situation, l'eau ne stagne pas, elle continue d'avancer et finira par atteindre son objectif.

Meandra

La morale de toute cela: Il est illusoire de penser qu'on atteindra un but sans dévier.
Plus encore, il faut accepter d'être dévié car cela permet d'affiner notre vision d'ensemble sur notre objectif et d'intégrer les éléments auxquels on n'a pas forcément pensé justement parce qu'on est trop focus sur notre objecitf.
Le piège bien sûr est de perdre de vue notre objectif seulement parce que nous nous dirigeons temporairement vers une direction différente.

Garder les deux aspects en tête, c'est avoir l'esprit comme l'eau: ne pas s'opposer aux évènements mais toujours garder en tête la destination finale.

Et vous, comment appréhendez-vous les différents obstacles à la réalisation de vos objectifs ? Soyez libre de les partager via les commentaires plus bas ...

Lectures : 55
0

La pensée de la semaine

Les obstacles sont ces choses que tu vois lorsque tu perds l'objectif de vue.

Henry ford.

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 81
0

Posté par le dans Philosophie

Voici un livre tout à fait intéressant de Tom Rath (ISBN: ): Découvrez vos points forts.

Au travers d'un test de personnalité suivi d'une explication des résultats, vous allez pouvoir identifier vos principaux points forts et vous appuyez dessus pour aller de l'avant.

Certains préconisent de renforcer nos points faibles. je ne suis pas d'accord car cela consomme du temps que vous pourriez utiliser pour développer encore plus vos points forts.
Pour traiter vos points faibles, le mieux est de s'adresser à une personne pour laquelle il s'agit de points forts.

Si tout le monde agissait comme cela, nous serions tous des experts capables de nous entraider les uns les autres et nous avancerions beaucoup plus vite ...

Comme quoi la résilience n'est pas qu'une affaire égoïste que chacun doit mener dans son coin ...

 

DecouvrezVosPointsForts

 

Lectures : 43
0

La pensée de la semaine

Nulle pierre ne peut être polie sans friction, nul homme ne peut parfaire son expérience sans épreuve.

Confucius.

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 47
0

Posté par le dans Projet Ahora

Retour sur mon portefeuille long terme. Après un mois d'août inquiétant, les marchés sont finalement repartis à la hausse en témoigne cette très belle bougie mensuelle verte sur le CAC 40.

20190929CAC

On a même fait un nouveau plus haut ! Maintenant on voit bien que la volatilité est importante: il n'y a qu'à observer les mèches en hebdomadaire. On n'est donc pas en phase de krach mais il n'y a pas de quoi faire un all-in à l'achat non plus. Bref. Tout cela sent un peu la répétition des mois derniers mais cela n'augure rien non plus sur l'avenir: les joies de la bourse en somme :-) !

Au niveau de la répartition au sein de mon portefeuille, elle est toujours la suivante:

  • Pour les actions: 30% de ma répartition sur l'ensemble de mon capital PEA/CTO

     Un ETF World compatible avec le PEA (Synthétique donc) pour diminuer les frais: le CW8. Même comportement et conclusions que pour le CAC 40: tout ce petit monde a l'air d'être reparti à la hausse. Pour l'instant je n'ai aucun signal de revente ... donc je conserve mes positions comme je l'ai fait le mois dernier malgré les appels à la panique de certains ...

20190929CAC

 

  • Pour les obligations: 55% de ma répartition et uniquement sur le CTO car je n'ai rien de disponible pour le PEA.
  1. MTH: Obligations long terme: 3/4 de ma position obligataire: La baisse du mois dernier m'avait fait basculer en unité de temps hebdo pour surveiller une zone d'invalidation (ligne rouge) qui n'a pas été franchie. Le prix est ensuite reparti plein nord: j'ai donc conservé ma position intacte malgré quelques sueurs froides !

  2. C73: Obligations à court moyen terme. 1/4 de ma position obligataire. Même situation que pour le MTH: je reste en position pour l'instant...

    c7320190929 
    Pour les matières premières: 15% de ma répartition.

  1. Pour l'OR (7.5% de ma répartition): le GBS (uniquement disponible sur le CTO) est toujours au-dessus de la MM10 en monthly avec une MM10 verte (haussière): La "petite" consolidation a eu lieu et j'en ai profité pour compléter ma taille de position lors de la reprise (visible par l'avalement haussier en hebdo.
    GBS20190929
  2. Pour le pétrole:

    Je surveille l'ETF LYXOR ST EU OILGAS éligible au PEA qui regroupe en fait les valeurs Energie de la zone Euro. Après la clôture de ma position le mois dernier (le prix a clôturé sous la MM10 baissière et même bien en-dessous), un rebond s'est opéré certainement lié à l'attaque de drône sur la raffinerie en Arabie Saoudite !
    Il n'y a néanmoins pas de signal pour revenir à la l'achat sur la valeur. Il va falloir attendre enocre un peu même si c'est dommage car le prix à la pompe a bien augmenté lui !
    OIL20190929

Pour résumer, l'analyse technique montre qu'on est toujours en tendance haussière mais que les acteurs sont indécis et que la volatilité est bien présente alors que les cours de bourse sont à des sommets historiques.
Pour l'instant bien malin celui capable de dire avec certitude ce qu'il va se passer dans les semaines et mois à venir. Le mieux à faire est de suivre au moins une fois par semaine tout cela afin de pouvoir réagir si besoin s'en faisait sentir.

Restez à l'écoute, je vous tiendrais au courant si quelque chose nécessitant une intervention se produisait ...
Lectures : 45
0

Posté par le dans Philosophie

Bon d'accord, la pensée de la semaine est sans doute un peu trop expéditive ("Les winners anticipent. Les loosers réagissent." Tony Robbins).

Après tout on ne peut pas tout prévoir...

... et personne ne nous le demande !

En revanche le "gars" Robbins est loin d'être une andouille :-) et il y a forcément un message à comprendre derrière son intervention musclée: pour moi, c'est relativement simple: il est de notre responsabilité de ne pas se concentrer uniquement sur ce que l'on veut obtenir et donc de se mettre en situation de prévoir quoi faire si une crasse devait arriver.
Se préparer à l'adversité ce n'est pas être négatif et pessimiste à tout va mais tout simplement intégrer à la réalisation de son plan le fait qu'une ou deux choses peuvent se passer autrement que prévu ! Armé de cette analyse, nous serons alors plus même de réagir correctement à un pépin parce que nous nous serions préparé à l'éventualité qu'il arrive.

Un exemple ? Eh bien, nous avons vu la semaine dernière que le fait d'être en veille permanente sur le marché de l'emploi au cas où nous perdrions notre job. Petite anecdote: cette dernière pratique m'a permis de rebondir la dernière fois qu'il m'est arrivé un pépin au travail: je ne suis ainsi resté au chomage qu'une seule semaine...

Autre exemple: que dire des inquiétudes légitimes des gilets jaunes ? Je peux les comprendre mais quid de l'efficacité des manifestations ? N'est-il pas plus pertinent de se réapproprier le contrôle sur sa vie et de ne pas attendre après un gourvernement qui ne pourra qu'en faire de moins en moins au fil du temps (ils le répètent ad nauseam: il n'y a plus sous dans les caisses !).
Ainsi, mettre de l'argent de côté, apprendre à investir sont d'autant de levier puissants qu'ils ne dépendent que de nous.

Ne nous leurrons pas, nous n'avons aucun contrôle sur ce que font les autres: dans ces conditions, inutile de s'épuiser à les changer. Agissons sur ce sur quoi nous avons un moyen d'action et détournons-nous de ce sur quoi nous n'en avons pas.


N'attendez rien par défaut des politiques: ils ont souvent de bonnes intentions au moment où ils promettent des choses mais l'inertie du système est telle qu'ils auront du mal à mettre en oeuvre quoi que ce soit. Les promesses n'engagent de toute façon que ceux qui y croient.

Et là vous me dites, "dites donc Arnaud tu es bien aigri !".

Ce à quoi je répondrais "Pas du tout :-)" : ce n'est pas parce que vous ne vous mettez pas en position d'attendre de recevoir des autres que vous n'allez rien recevoir: mais en n'attendant rien, vous bénéficierez de deux choses:

  • tout d'abord vous aurez une bonne surprise si quelque chose arrive ! :-)
  • enfin, vous prendrez l'habitude d'obtenir les résultats par rapport à ce que vous avez fourni comme effort.

Vous vous mettez ainsi plus en position de contrôle.

Au passage, ne pas recevoir ne doit vous empêcher de donner: car là, c'est bien vous qui avez le contrôle pour le faire.

Donc non, je ne suis pas aigri :-) et le message de cet article est le suivant: "Si vous avez un objectif de vie, donnez-vous à fond dedans. Mais quand quelque chose ne va pas, Ne rejetez pas la faute sur autrui ..."

Lectures : 65
0

La pensée de la semaine

Les winners anticipent. Les loosers réagissent.

Tony Robbins

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 106
0

Posté par le dans Philosophie

On dit souvent qu'il est plus difficile de conserver un acquis plutôt que de le conquérir car nous mettons toute nos forces dans une bataille de conquête et seulement une partie pour la conservation.
Rien n'est plus vrai: ce que nous avons acquis peut être retiré à tout moments et si on se fonde sur ses acquis pour conquérir d'autres choses qui s'appuient dessus, la totalité de l'édifice peut être menacée.

L'exemple typique est celui de l'emploi: nous nous en servons pour payer nos factures, ce prêt immobilier qui nous a permis d'emménager dans une belle propriété et également tous les jouets dont nous aimons nous entourer même s'ils ne sont pas indispensables: moto, téléviseur grand écran, derniers i-truc à la mode ...
Imaginons que nous perdions notre emploi (licenciement ou autre) et toute la chaîne s'écroule.

Nous devons donc en permanence sur le qui-vive, pas forcément prèt à en changer mais préparé à être en mesure de le faire.
Cela implique une veille permanent du marché de l'emploi.
Certains diront: si on a un oeil pour chercher ailleurs, on ne va pas être à fond sur le travail existant et c'est justement là qu'on risque d'être moins bon et licencié.

Même s'il y a une part de vérité là-dedans, chacun voit midi à sa porte: Être en train de conduire une voiture ne nous empêche pas de regarder le compteur de vitesse ni les rétros de temps en temps pour savoir où l'on en est.

Se donner le maximum de possibilités par une connaissance continue du marché du travail est certainement plus profitable que de faire la politique de l'autruche et de devoir se réadapter le moment venu ...

N'oubliez jamais qu'un élément stratégique qui n'a pas été pensé en terme de résiliance peut mettre toute notre vie par terre s'il vient à être mis en défaut et que tout système de résilience doit s'efforcer de protéger ces éléments !

Et cela commence par avoir conscience de la fragilité de ces éléments ...

86143636 s

Crédit Photo: Stocklib / Aleksandr Khakimullin
Lectures : 78
0

La pensée de la semaine

L'argent existe en abondance: on en imprime des quantités astronomiques chaque jour.
Tandis que le temps est la denrée la plus rare et précieuse de l'homme.
Alors pourquoi l'homme échange-t-il TOUT son temps contre de l'argent ?
C'est la plus grande arnaque de notre ère !


Cédric Froment

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 61
0

Posté par le dans Philosophie

Soyons francs, ce n'est pas possible car par définition l'imprévisible n'est pas ... prévisible ! :-)

Prévoir les imprévus, un objectif vain ?!

Cela ne veut pas dire qu'il faille néanmoins se concentrer uniquement sur un déroulement optimal de votre plan.

Prévoir ce qui peut aller de travers, c'est également se mettre en position d'y faire face parce qu'on se sera donné les moyens de lutter contre les effets d'un pépin.

Prenons un exemple qui parlera à tout le monde:

Vous avez un projet de vie: construction d'une maison, développement d'un business, fondation d'une famille et vous savez dans quel ordre tout soit s'agencer: pour la maison, cela va être le choix du terrain, d'un architecte et des entrepreneurs puis vous avez en tête le déroulement des travaux avec un plan daté et le financement qui va avec.

Imaginons à présent que vous ne vous soyez pas préparé à une tuile simple qui peut arriver à tout le monde: la perte de son emploi. Dans ces conditions, vous allez peut-être vous retrouver en grande difficulté si vous n'avez pas prévu un petit pécule d'avance pour tenir le temps d'en retrouver un autre.
Cela peut même aller jusqu'à l'échec complet de votre projet si vous êtes vraiment ric-rac.

Le Mindset à avoir:

Ne pas admettre que ce genre de problème puisse arriver, c'est se mettre des oeillères et contrairement ce qu'en disent les gourous de la pensée magique positive, ce n'est pas en vous concentrant uniquement sur ce qui peut vous arriver de mieux que la loi d'attraction vous gardera du pire.

Ce qu'il faut c'est donc analyser ce qui peut mal se passer et qui est probable. La plupart du temps, les différents soucis auront plus ou moins le même effet (comme pour l'argent) et donc les mêmes solutions (avoir des économies pour parer aux aléas).

Dans mon livre, l'art subtil du sabotage, j'explique comment utiliser sa pensée analytique pour chercher à nuire à son projet et ainsi connaître les moyens de lutter contre tout ce qui pourrait probablement arriver de travers.

Car comme le dit Sun Tzu, ce n'est seulement qu'en ayant pensé à tout ce qui peut arriver que l'on peut garder un ordre merveilleux dans le chaos ...

 

Lectures : 88
0
Powered by EasyBlog for Joomla!