• Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affichez une liste de tags qui ont été utilisés dans ce blog
  • Blogueurs
    Blogueurs Rechercher votre blogueur favori de ce site.
  • Équipe de blogueurs
    Équipe de blogueurs Trouvez vos équipes favorites de blogueurs ici.
  • Connexion
    Identification Formulaire d'identification
Derniers articles

Cela fait maintenant quelque mois que j'applique la méthode de la TKL et je me rends compte qu'elle fait une réelle différence en trading notamment parce qu'elle gère particulièrement bien le côté pseudo aléatoire de l'évolution du prix.

Pourquoi pseudo aléatoire ? Tout simplement parce qu'à chaque instant, le prix peut: monter, baisser ou stagner. Il n'y a que ces troix choix possibles et non une infinité comme c'est le cas pour les phénomènes purement aléatoires !

L'entrée en position se fait donc sur une de ces trois hypothèses.

On peut bien sûr se tromper si le prix fonce vers le Stop Loss (SL) juste après l'entrée mais statistiquement, avec la méthode TKL (en suivi de tendance), on va mettre les chances de notre côté.
Si par exemple, la tendance est haussière en W1 en D1 et en H1, une baisse en H1 suivi de premiers signes de reprise en M15 vont nous inciter à acheter dans le même sens des 2 unités supérieures. C'est que les intervenants en UT supérieurs sont haussiers et vont profiter d'une prise de profit des autres intervenants pour rajouter au pot ce qui va faire monter le prix.

Cela nous donne le point de départ, il est digne de sérieux car il s'appuie sur les statistiques ! Après, ce qu'il faut, c'est accompagner la hausse du prix au gré de ses swings mais sans avoir la pression psychologique de revendre à chaque baisse.

C'est en cela que la méthode de suivi de la TKL est géniale: on part sur un objectif initial qui correspond au dernier pic: on vend la moitié de la position une fois qu'il est atteint puis on rapproche le SL de l'autre moitié au cours d'entrée: on est alors gagnant quoi qu'il arrive et il suffit de rapprocher le SL à chaque nouveau swing pour accompagner le prix. Viendra un moment où on se fera sortir mais les gains seront présents ...

Si jamais on s'est trompé et qu'on est en fait à la fin d'un mouvement haussier en unité de temps supérieure, on va très vite reperdre ses gains si on n'a pas pris la moitié de ses bénéfices comme nous venons de l'expliquer: c'est que même si on avait bon au début, le prix a tout moment peut: baisser, monter, stagner et donc changer sa direction: ne pas avoir pris ses profits après une hausse et voir son gain latent devenir négatif est alors très frustrant.

En fait, après plusieurs centaines (!!!) de trades que j'ai analysés via mon journal de trading, je me suis rendu compte que peu importe le moment de l'entrée en position (pour peu que je sois dans le sens de la tendance de fond tout de même; et encore, même si je suis mauvais et que je me trompe de tendance, je sors très souvent à zéro !), si je soigne mon suivi de la manière indiquée, je vais au pire revenir à zéro, au mieux être gagnant.

La preuve est donc faite qu'il ne faut pas forcément se prendre la tête pour savoir si le moment est bon ou pas. En revanche il faut vraiment appliquer le suivi à la lettre et avoir un plan qui va intégrer les 3 possibilités d'évolution du prix à chaque instant: baisser, monter, stagner.

A partir de là, gagner en trading devient relativement simple: il suffit d'appliquer le plan comme on le ferait sur un jeu vidéo. Si en plus, on arrive à faire abstraction du gain latent et à considérer le jeu uniquement comme l'application d'un processus, on se retrouve avec une bonne surprise sur le compte à la fin de chaque mois ...

Lectures : 189
0

La pensée de la semaine

Si tu es bloqué sur le chemin alors c'est le bon chemin.

Marc Aurèle

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 428
0

Posté par le dans Projet Ahora

On peut dire que la tendance est repartie à la hausse sur le bitcoin: on est déjà à près de 150% depuis les plus bas en décembre dernier ! Ce qui me fait me réintéresser aux cryptos est que le RSI est à présent supérieur à 50 en Mensuel, Hebdo et Journalier et ce, depuis environ début mai.

BTCEUR190519

Si vous avez râté le coche, il est encore temps de se positionner sur l'Ethereum qui prend le chemin de son grand frère dont le RSI en hebdo vient tout juste de casser sa zone de neutralité:

ETHEUR100519

A titre d'information, je suis entré en position le 13 mai dernier sur une consolidation en H1. Je suis toujours en position et je viens de la renforcer sur la consolidation d'hier.

ETHLAST2

Je pense que vous devriez pouvoir entrer en position sur la première consolidation en H1 voire en M15 si vous êtes pressé (c'est mal :-) ! ): le momentum est costaud et il n'y a pas trop de risque à entrer en position sur une base de swing trading si vous gérez bien vos stops loss ...

 

Lectures : 189
0

Posté par le dans Philosophie

Bonjour à tous, suite à plusieurs demandes de suivre mes news sans forcément devoir s'abonner par mail, j'ai ouvert une page Facebook où vous pouvez me suivre : Cela se passe ici.

Aujourd'hui, je voudrais revenir sur une demande que m'a faite Christophe en MP et qui voulait savoir si je pouvais donner un exemple réel me concernant par rapport à ce que j'ai écrit dans un article sur le fait d'accepter l'adversité à bras ouverts.

Le voilà:

Il y a peu, je travaillais dans une compagnie avec un bon salaire mais j'ai dû partir pour des raisons que je n'expliquerais pas ici. Quoiqu'il en soit, je me suis retrouvé avec un emploi dont le salaire était amputé de 25% par rapport à celui que j'avais avant (oui, ça pique :-) ): j'aurais pu pleurer sur mon sort et crier à l'injustice mais au lieu de cela j'ai essayé de trouver un moyen de moins dépenser en réduisant mon train de vie et en trouvant des astuces pour payer moins cher les choses du quotidien (c'est fou ce qu'on peut économiser par exemple sur un forfait téléphonique en faisant jouer la concurrence). Mais ce n'est pas tout, j'ai essayé de voir ce qui me permetrait aussi de créer des revenus de manière passive et j'ai étudié à cette fin un projet de SCPI décrit dans cet article et dont je suis en train d'étudier la mise en oeuvre.

En agissant ainsi, j'assainis mes finances et cela me permettra, quand je retrouverai un emploi mieux payé, de continuer sur ma lancée avec une plus grande capacité de mettre de l'argent de côté tous les mois ... pour finalement atteindre l'indépendance financière plus vite.

Merci en tout cas à Christophe pour cette excellente question. J'espère que cet exemple vous inspirera ...

rebondirjaune

Lectures : 182
0

Posté par le dans Philosophie

Je vous recommande ce week-end le livre "La magie de s'auto-diriger" de David Schwartz (ISBN:978-2892258097).

Ce livre entre en résonance avec le concept même de résilience: il oriente ceux qui n'en ont pas conscience vers le fait que nous sommes tous responsables de ce qui arrive dans nos vies.

Et il y a urgence à le faire: quand on sait qu'on vit en moyenne environ 29 000 jours et que chaque jour près de 157 000 personnes meurent, il est irresponsable de gaspiller ne serait-ce qu'une seule journée à vivre selon les préceptes et recommandations des autres.
Cela commence par cesser de les blâmer pour nos soucis et nos "échecs" , de cesser de vivre de manière opposée à ce que nous souhaitons/sommes vraiment, pour enfin se réapproprier le contrôle de notre existence.

Ce livre est une réelle aide pour nous replacer au centre de nos décisions ...

 

LMDSD

Lectures : 170
0

Posté par le dans Philosophie

Notre système éducatif met en avant l'excellence et la chasse à l'erreur: si tu te trompes, c'est que tu es médiocre.

Quelle connerie ! Le seul moyen d'atteindre l'excellence, c'est de se tromper puis d'adapter sa trajectoire et de réessayer. Le principal obstacle à la réussite, c'est la peur d'échouer: il faut juste garder son but en tête et recommencer sans cesse jusqu'à l'atteindre.

Mais alors pourquoi nous apprendre à avoir peur de l'erreur ? Tout simplement car depuis la révolution industrielle, les entreprises ont besoin que nous soyons formatés pour travailler comme salariés: l'école doit donc nous habituer à faire ce que l'on nous demande et ne pas faire de vague. Un exemple typique: l'autre jour ma fille a eu une mauvaise note car elle avait été trop loin dans l'analyse d'un devoir (une étude de texte en anglais): elle a été "marquée" comme hors sujet. En bon contrarien je l'ai félicité pour ce qu'elle avait fait et lui expliqué la philosophie de ce que je suis en train de vous narrer aujourd'hui.

La mauvaise nouvelle (ou bonne: c'est une question de point de vue): c'est que le moment est venu où cette approche de bon petit soldat est complètement en disruption ! Ce n'est plus la révolution indstrielle mais la révolution de l'information que diable !
Rester dans sa zone de confort, ca ne marche plus ... Regardez plutôt les témoignages des gens qui perdent leur emploi: on leur dit qu'ils sont trop vieux à 40 ans (ça va être chaud pour atteindre la retraite (s'ils y en a une)): ils réagissent, à juste titre, en trouvant cela injuste car ils ont fait tout ce qu'on leur avait dit de faire: ils devraient donc être récompensés.
Même si je comprends ce point de vue, cela ne marche plus comme cela: les tâches répétitives de bon petits soldats peuvent être maintenant exécutées par des ordinateurs/robots. La valeur ajoutée de l'humain réside donc dans sa capacité à apporter de la valeur et non à exécuter des procédures. Il faut donc y réfléchir, trouver ce que l'on peut apporter comme valeur et puis se lancer ...

Plus que jamais, il nous faut louer chaque occasion potentielle de se planter car c'est une opportunité d'apprendre quelque chose et de pouvoir alors retourner au charbon plus expérimenté que jamais. Il nous faut accueillir l'adversité à bras ouverts ...

ABO

Lectures : 243
0

La pensée de la semaine

Je ne perds jamais. Soit je gagne, soit j'apprends.

Nelson Mandela

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 154
0

Posté par le dans Projet Ahora

Pour mon anniversaire, j'ai décidé de réouvrir pour une semaine les portes d'accès à ma stratégie Résilians et son screener pour MT4 afin que les nouveaux abonnés du blog puissent en profiter.

Tous les détails en cliquant sur l'image:

Resily

 

Lectures : 120
0

Posté par le dans Philosophie

Quand on repense au passé et aux problèmes que l'on trouvait insurmontable à l'époque, on a tendance de rire un peu de soi tellement on trouve les problèmes en question dérisoires.

Mais on devrait prendre un peu de recul sur nos problèmes en cours: dans quelques temps, ils seront sans doute eux aussi passés du statut d'insurmontable à négligeable.

Le fait est qu'à chaque fois que l'on rencontre un problème, on grandit et finalement on devient plus grand que lui.

De la même manière qu'un muscle se renforce en le faisant travailler légèrement au-dessus de sa zone de confort, on grandit en acceptant nous-même de nous bouger.

Il y a encore quelques temps, j'angoissais à l'idée de prendre le métro à Paris: je me voyais en train de me perdre sans pouvoir me faire aider par qui que ce soit. Je m'en faisais une telle montagne que je préférais même prendre ma voiture pour aller dans la capitale (5h de route) et être sûr de me garer au bon endroit ! Et puis avec le travail, j'ai dû un jour y aller de manière récurrente: je n'avais plus le choix.
Cela a été brutal: c'était à la fois le train puis le métro (et avec 3 changements de station en plus) ! L'estomac noué, j'y suis allé, je me suis effectivement planté une fois ou deux et puis j'ai compris comment cela marchait. Je rigole à présent de cette stupide phobie qui m'a fermé bien des portes à l'époque ...

En fait, je suis devenu plus grand que mon problème et à présent je peux aller plus loin jusqu'à ce que je rencontre un autre blocage que je pulvériserais sans doute (ou pas ...) et ainsi de suite.

A chaque fois qu'on accepte de sortir de sa zone de confort, on finit par en ressortir grandi. De nouvelles possibilités dont on n'imaginait pas l'existence s'offrent à nous. Il faut embrasser complètement ce processus et faire en sorte qu'il ne s'arrête jamais.

On ne peut pas être sûr d'avoir mieux en lâchant ce que l'on a mais c'est une condition nécessaire. Si on reste sur ses acquis sans vouloir sortir de sa zone de confort, on arrête de grandir et telle une plante, on se replie sur soi et commence à mourir ...

Lectures : 194
0

La pensée de la semaine

Derrière un homme qui a réussi, il y a un homme qui a agi.

Pablo Picasso

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 168
0

Posté par le dans Indépendance financière

Une fois n'est pas coutume, je voulais vous faire part d'un jeu de société. Tout le monde connaît le Monopoly, ce jeu où il faut acquérir le plus grand capital possible, écraser les autres et ainsi gagner en étant le plus riche.

Mais en revanche il y a un jeu bien plus intéressant car formateur: c'est le jeu Cashflow. Créé par Robert Kiyosaki dont j'ai déjà mis en avant plusieurs livres, il permet de développer son intelligence financière et de devenir livre financièrement en sortant de la Rat Race.

Le jeu existe au format jeu de société mais je le trouve fastidieux notamment dans la mise à jour manuelle de ses états financiers à chaque tour. Mieux vaut jouer à la version en ligne gratuite (cliquer sur l'image du jeu pour y accéder).

CashFlow

Enfin, pour vous mettre l'eau à la bouche, voici la démo du jeu en ligne particulièrement bien présentée (et en français alors que le jeu est en anglais) réalisée par un youtubeur: sa vidéo est vraiment bien faite pour qui veut se faire une idée du jeu ...

 

Présentation du jeu CashFlow par Yann Feliz

Lectures : 143
0

La pensée de la semaine

Par-dessus tout, il faut investir en soi-même. C'est le seul investissement qui rapporte mille fois plus.

Warren Buffet

Citation partagée par le dans Indépendance financière
Lectures : 104
0

Posté par le dans Indépendance financière

Retour sur mon portefeuille long terme.

Le mouvement est toujours haussier en mensuel sur le CAC, on est en train de tester la dernière résistance à 5500 points: il est raisonnable de penser que le marché va prendre un certain temps pour jouer avec: une hausse de volatilité est donc à prévoir d'autant qu'on est perché est que le prix peut corriger brutalement dnas un avenir proche (même si le RSI n'indique rien en ce sens) ... ou bien continuer à grimper de plus belle après une consolidation à plat ... ou pas !!
Oui, je sais,  tout ce discours pompeux pour dire pas grand chose au final ! C'est qu'on est vraiment dans l'incertitude la plus complète et qu'il va falloir patienter avant de se décider à faire quoi que ce soit ... 

20190428CAC

Au niveau de la répartition au sein de mon portefeuille, elle est toujours la suivante:

  • Pour les actions: 30% de ma répartition sur l'ensemble de mon capital PEA/CTO

     Un ETF World compatible avec le PEA (Synthétique donc) pour diminuer les frais: le CW8. En mensuel la tendance long terme est toujours haussière  mais comme pour le CAC 40, on approche de résistance. A surveiller donc mais pour l'instant il n'y a pas lieu de vendre encore et je n'ai toujours pas de signal de retournement et encore moins de signal baissier. On peut envisager d'acheter encore quelques titres pour atteindre les 30% de répartition si ce n'est pas encore le cas mais il va falloir attendre une consolidation en hebdo et pour l'instant, la fusée CW8 ne va que dans une direction: autant dire que ce n'est pas indiqué ...

20190428CW8

 

  • Pour les obligations: 55% de ma répartition et uniquement sur le CTO car je n'ai rien de disponible pour le PEA.
  1. MTH: Obligations long terme: 3/4 de ma position obligataire: j'avais placé un ordre d'achat sur le retour sur le segment noir: il a été servi vendredi. Je vais continuer à mettre au pot tous les mois quand les conditions seront bonnes (retour sur une ancienne résistance devenue support) jusqu'à atteindre mon objectif final de répartition.
    Quand on regarde le graphique hebdo, cela coïncide avec le fait que le prix reflue sur la MM10 hebdo (cercles jaunes). Je commencerai à me méfier quand une divergence baissière sur le RSI apparaîtra en hebdo.
    20190428MTH
  2. C73: Obligations à court moyen terme. 1/4 de ma position obligataire. Comme son petit frère, le MTH, le titre a décollé: je n'ai toujours pas réussi à attraper un point bas le mois dernier (segment noir) pour prendre le train en marche: c'est dommage mais c'est le jeu: j'attends toujours une consolidation qui finira bien par arriver pour me positionner le mois prochain ...

    20190428C73
  3. Pour les matières premières: 15% de ma répartition.
  1. Pour l'OR (7.5% de ma répartition): le GBS (uniquement disponible sur le CTO) est toujours au-dessus de la MM10 en monthly avec une MM10 verte (haussière) mais c'est très volatile: on a l'impression qu'on ne sait pas où cela va aller (Doji avec des mèches très longues en mensuel): je garde néanmoins ma position tant que mes conditions d'invalidation ne sont pas avérées.
    20190428GBS
  2. Pour le pétrole:

    Je surveille le titre Total. Le mois n'est pas encore terminé mais on est bien parti pour confirmer la bougie rouge sur la MM10 rouge du mois dernier: une consolidation est donc sans doute en cours et il va falloir attendre avant de revenir sur le titre ...
    20190428FP

    Je surveille également l'ETF LYXOR ST EU OILGAS éligible au PEA qui regroupe en fait les valeurs Energie de la zone Euro. Contrairement à Total, le cours n'a pas encore clôturé sous une MM10 rouge mais il revient sur la MM10 verte: je décide donc d'en reprendre en plaçant un ordre d'achat pour demain. Sur le plan fondamental, avec ce qu'il se passe entre les USA et l'Iran, on peut raisonnablement penser que le marché du pétrole risque d'être tendu encore quelques temps ...

20190428OIL

 
Pour résumer, n'en déplaise aux fin-du-mondistes, le marché est toujours haussier même s'il risque d'entrer en phase de consolidation sur ses anciennes résistances qu'il a déjà percé (il les teste). Tant qu'il n'y a pas de signal baissier long terme (et même moyen terme), inutile de remettre la stratégie long terme en question.
On constate néanmoins que la volatilité a augmenté sur plusieurs valeurs phares (Actions, Matière premières, Devises) et il convient de rester sur ses gardes.
 
Lectures : 168
0

Posté par le dans Philosophie

Il arrive souvent que l'on agisse par automatisme: on ne se rend tout simplement plus compte de ce que l'on fait et pourquoi on le fait.

  • Pourquoi acheter le dernier Smartphone ? Par soucis d'avoir un accès internet plus rapide et une meilleure "expérience utilisateur" ! Mais a-t-on vraiment besoin d'aller plus vite avec l'activité que l'on a aujourd'hui ?
  • Pourquoi acheter la dernière voiture à intelligence artificielle et s'endetter sur 8 ans ? Pour garantir sa sécurité ! Mais la sécurité ne vient-elle pas avant tout du conducteur et de sa capacité à intégrer les erreurs potentielles des autres (et les siennes!) dans sa conduite ?
  • Pourquoi achète-t-on sa résidence principale ? Par souci de sécurité (au moins on a un toit) ! Mais en fait, tant que le prêt n'est pas payé, la maison est à la banque ... où est la sécurité dans tout cela ?
  • Pourquoi se lève-t-on tous les matins pour travailler ? Pour ramener de l'argent ! Mais il n'y a-t-il pas d'autres moyens d'en ramener ?
  • Pourquoi exiger de nos enfants qu'ils travaillent durent à l'école ? Pour avoir un travail sûr pardi ! Mais ne seront-ils pas jetés une fois la quarantaine passée en disant que nous sommes trop vieux (ie trop chers). A quoi serviront alors leurs beaux diplômes ? Leur permettront-ils de tenir jusqu'à la retraite (s'il y en a encore) et la misérable pensions qui va avec ?

Je pourrais continuer la liste pendant des heures, mais l'idée derrière est de se poser les bonnes questions et de trouver pourquoi nous aigssont de telle ou telle manière.
Mark Twain disait: «Chaque fois que vous vous retrouvez du côté de la majorité, il est temps de vous arrêter et de réfléchir.» Rien n'est plus de nos jours ou paradoxalement les outils dont nous disposons devraient nous donner plus de temps pour réflechir alors que nous utilisons bêtement notre temps à faire des choses mécaniques (regarder de manière compulsive nos smartphones, remplir des cases dans des fichiers Excel, ...).

Plus que jamais il est temps de s'asseoir, d'observer chacune de nos actions et de nos habitudes, de se demander pourquoi on les fait et de voir si cela correspond à nos aspirations profondes ou celles d'un autre. Nous avons le pouvoir de choisir ce qu'il se passe dans nos vies. C'est mon monde, ce sont mes règles ...

Lectures : 104
0

La pensée de la semaine

Ils se moquent de moi parce que je suis différent. Je me moque d'eux parce qu'ils sont tous pareils.

Kurt Cobain

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 120
0

Posté par le dans Indépendance financière

Je reviens sur ce que je disais dans ce précédent article sur l'immobilier: en fait je me suis posé la question: en quoi est-ce une bonne chose d'être propriétaire de sa résidence principale ? C'est vrai, on nous a toujours dit cela mais pourquoi ?

  • Est-ce le fait d'avoir un toît qui sera bien à nous même si on perd son emploi: sans doute si on a aucun prêt en cours dessus, dans le cas contraire, la maison appartient à la banque ...
  • Le fait de pouvoir transmettre quelque chose à ses enfants ? Oui mais cela implique que je meurs avant: vous parlez d'un cadeau ...
  • Le fait de faire une plus value lors de la revente de la maison (c'est qu'on l'a embellit durant le temps qu'on y a habité): rien n'est moins sûr ! Le biais actuel est que l'immobilier est haussier sur le long terme mais est-ce à dire que ce sera toujours le cas notamment si les taux directeurs remontent ?
  • Ou le fait de dire qu'une mensualité de prêt vaut mieux qu'une mensualité de loyer car dans le premier cas une partie de l'argent sert à construire notre capital: c'est sans doute vrai sauf que le nombre de mensualité de prêt fait que toute mensualité confondue on paie presque deux fois son logement en prenant un prêt (si, si regardez vous même votre échéancier si vous êtes dans ce cas et faites la somme de toutes les mensualités (assurance et intérêts compris) et regardez ensuite la valeur nominale que vous avez empruntée: alors, ça pique hein ?).

Maintenant regardons les aspects négatifs d'être propriétaire de son propre logement:

  • En fait, être propriétaire, c'est bloquer son capital dans l'actif le plus illiquide qui soit (la pierre) et qui nécessite des charges (Taxe foncière,Entretien, Frais de notaire, ...). A proprement parler, cet actif n'en est pas un car il détruit notre richesse (capital figé et nécessité d'entretien): il s'agit donc d'un passif.
  • Comme l'actif, pardon, le passif est illiquide, il est long de le revendre et on y réfléchit à deux fois avant de le faire:  le gouvernement peut donc pondre de nouvelles taxes (genre taxe sur la pluie ou bien les abris de jardin): ce sera fait de manière indolore afin de ne pas nous faire fuir telle la grenouille que l'on plonge dans une eau que l'on fait porter à ébullition très progressivement: elle s'adapte et quand elle veut sortir de la casserole, c'est trop tard ! Une autre image est de dire qu'avec l'immobilier, le gouvernement n'a aucune difficulté à tondre le mouton que nous sommes car nous ne bougeons pas !
    MoutonTondu
  • Les biens immobiliers sont coûteux et le ticket d'entrée requiert d'avoir accès à un emprunt et donc de s'endetter sur de nombreuses années.
  • Enfin, et c'est surtout vrai quand on est jeune, un bien immobilier, par définition est immobile et y habiter nous empêche d'être mobile ce qui peut poser problème au niveau de la recherche d'un job.

Comme toute chose, il y a un compromis qui nous permet de rester souple tout en bénéficiant du côté rassurant de l'immobilier: il s'agit de l'immobilier papier via une SCPI (Soiété Civile de Placement en Immobilier)

Ainsi si j'achète les parts de cete société, j'achète les parts des immeubles qu'elle possède (en fait via ma souscripton ,je lui donne les moyens d'acheter ses biens immobiliers) et je peux donc toucher mensuellement des loyers au prorata du pourcentage de ma part dans l'entreprise. La cerise sur le gâteau: pas la peine de s'embetter avec les locataires, la SCPI s'occupe de tout et le fait qu'elle diversifie les immeubles en terme de localisation et de nature diminue le risque. De plus je peux acheter des parts dès quelques centaines d'euros: plus besoin d'emprunter si je décide d'investir tous les mois une somme dedans.

Si au lieu d'acheter une maison j'achète des parts de SCPI, je peux toucher un loyer qui va me permettre de payer la location de ma résidence principale: ainsi mon capital n'est plus bloqué dans la pierre (comme c'est le cas quand j'habite ma résidence principale) mais travaille en me rapportant un revenu passif dont je peux me servir pour payer le loyer de ma résidence principale: c'est tout bénéfice: je me constitue un capital (progressivement en versant une partie de mon salaire tous les mois  ou bien en recourant à un prêt immobilier auprès de la banque pour avoir un effet de levier) et mon capital me rapport pour louer très facilement dans n'importe quel endroit sans avoir à revendre à chaque fois. Cerise sur le gâteau: en touchant des loyers, je vais également augmenter ma capacité d'emprunt ce qui me permettra de souscrire un prêt plus important.
Je peux aussi décider de ne pas toucher les loyers pour les réinjecter dans l'acquisition de nouvelles parts et ainsi créer un effet d'emballement dans la hausse de mon capital (le fameux cercle vertueux).

La SCPI est vraiment une solution intéressante pour être plus résilient au niveau financier (obtention de revenus passifs). Et c'est surtout le cas quand on a déjà remboursé une bonne partie de la maison car on utilise le capital déjà remboursé pour générer un revenu passif.

Ainsi si j'ai pris un prêt sur 20 ans et que je perds mon emploi au bout de 15 ans:

  • En étant propriétaire, je dois revendre ma maison pour rembourser le reste du prêt et je tape dans mon capital pour payer la location d'un nouveau logement: à terme, mon capital va tendre vers zéro.
  • En étant locataire: je revends le nombre de parts nécessaires pour rembourser la banque et avec le capital qu'il me reste, je touche suffisamment de revenus passifs pour pouvoir payer mon loyer sans travailler et fait ainsi preuve d'une résilience peu commune... A moins bien sûr que j'ai choisi de louer un château :-) !

Si vous avez tout lu jusqu'ici, Bravo ! Pour les autres, le principal élément à retenir est celui-ci:

Quand vous êtes propriétaire de votre résidence principale, le capital correspondant à sa valeur est bloqué et ne vous rapporte pas d'argent. Quand vous en êtes locataire, vous pouvez faire fructifier le capital d'une autre acquisition immobilière (SCPI ou bien que vous louez à d'autres personnes) et vous augmentez votre résilience en cas de perte de revenus.

ZenMalgrePB

Lectures : 121
0

La pensée de la semaine: Le trader est un surfeur

Le surfeur cherche à entrer en harmonie avec sa vague et est en parfaite maîtrise de ses gestes tout en lâchant prise.

Matthieu Dardaillon

Citation partagée par le dans Philosophie
Lectures : 109
0

Posté par le dans Philosophie

NDP

 

Au-delà de la catastrophe, il faut retenir que rien n'est permanent ... On la croyait indestructible et présente en l'état pour les siècles à venir, il aura fallu moins de deux heures pour la défigurer ...

Si la résilience, c'est reconstruire quand quelque chose est altéré ou détruit, il faut surtout retenir que rien ne résiste à l'usure du temps: que ce soit nos maisons, nos cathédrales, les pyramides, ...

Le genre humain conserve ses connaissances en les transmettant aux générations futures. En cela, nos livres sont nos vraies cathédrales.

C'est ce concept qui m'anime quand j'écris mes articles et mes livres: c'est mon but ultime: transmettre une part de moi qui, je l'espère, restera quand je serai parti. Cela peut paraître ridicule pour les autres mais pour moi, à mon tout petit niveau, cela représente tout ...

Lectures : 140
0

Posté par le dans Philosophie

Voici deux livres de John Spencer que je vous recommande pour cette fin de semaine: ilssont rapides à lire et disponible au format Kindle; cela ne devrait donc pas poser de problème :-)

Derrière cette petite fable sur le comportement différents de deux souris habituées à trouver leur fromage en abondance tous les jours à un endroit puis de devoir faire face à sa disparition, l'auteur nous renvoie à nos propres démons quant à la résistance au changement.

Si certains prennent pour acquis qu'il ne faut rien changer, d'autres vont prendre les devants. Le premier livre nous montre comment ces derniers fonctionnenet et ce qu'ils y gagnent. Le deuxième nous montre comment la première catégorie, celle de ceux qui ne veulent pas changer, sont finalement amenés à le faire sous peine de disparaître.

Une réflexion à avoir sur soi et ses propres routines aliénantes ...

QuiAPiqueMonFromage SortirDulab

 

Lectures : 138
0

Posté par le dans Philosophie

La résilience implique de se mettre en position de pouvoir rebondir en cas de problème.

Cela signifie que l'on se met dans l'état d'esprit que tout ne va pas forcément se passer comme on le souhaite et qu'il faut se donner les moyens de pouvoir quand même continuer dans les meilleures conditions.

Comprenons nous bien, il ne s'agit pas d'avoir un plan B pour tout mais de se donner les moyens de contourner un obstacle: il ne nous viendrait pas à l'esprit de tracter en permanence une remorque avec une moto dessus au cas où notre voiture tomberait en panne afin de pouvoir continuer à rouler ! En revanche, il paraît judicieux d'avoir toujours dans sa voiture un téléphone chargé afin de pouvoir appeler un dépanneur ou son assurance ...

Cet état d'esprit peut s'appliquer dans toutes les actions du quotidien: ainsi j'ai eu l'occasion d'en faire la démonstration dans le cadre de mon travail: l'autre jour nous sommes allés à plusieurs à Paris pour une réunion : l'aller-retour devait se faire dans la journée mais manque de chance, il y a eu un problème et nous n'avons pas pu prendre le dernier train pour rentrer: il fallait donc dormir à Paris. Or il se trouve que j'avais envisagé cette éventualité et mis sous un plastique dans lequel j'avais fait le vide d'air un kit de survie pour tenir le coup une nuit à l'hôtel: voici une photo de ce kit ...

KitVoyage12pouces

... il rentre parfaitement dans ma petite sacoche où se trouve mon ordinateur pour travailler. Sur la photo, mon ordinateur est un 12 pouces: le kit contient: un tee-shirt, un slip des chaussettes, une brosse à dents pliable, un mini tube de dentifrice, du doliprane, du gaviscon en sachet (foutu stress qui me retourne l'estomac), du déodorant et même des boules quies (indispensable en voyage!).

Détail amusant: j'avais la plus petite malette mais c'est moi qui avait la meilleure préparation: pas de cheveux ébouriffés le lendemain à la gare et le petit truc appréciable: le slip propre ! :-)

Le mode dégradé est réellement un état d'esprit: celui d'être prêt à affronter l'adversité en (presque) toutes circonstances: de ce fait, on se sent alors plus détendu et Zen ... même si j'ai encore besoin de mon gaviscon pour éviter les remontées gastriques au moment de me coucher ! :-)

Lectures : 147
0
Powered by EasyBlog for Joomla!